Techno innovante


Des mini-trous noirs au CERN

Le CERN (organisation européenne pour la recherche nucléaire) va tenter de créer des mini trous noirs. Les scientifiques du CERN vont relancer l’accélérateur de particules et le pousser cette fois au maximum de sa puissance. Le but ? Découvrir l’existence d’un univers parallèle dans d’autres dimensions.

Si l’existence de nouveaux univers était ainsi prouvée, non seulement il faudrait réécrire tous les manuels de physique mais aussi les livres de philosophie et même de croyances religieuses. Il est même possible, selon les scientifiques du CERN, que la gravité de notre propre univers « fuit » dans cet univers parallèle. « Ce dont nous parlons ce sont des univers réels dans des dimensions supplémentaires », explique Mir Faizal, l’un des trois physiciens qui dirigent l’expérience.

Si la gravité peut passer de notre univers dans de nouvelles dimensions alors leur existence est prouvée. Le CERN pense pouvoir détecter cette fuite de gravité en créant des mini trous noirs qui seraient un pont avec d’autres dimensions.

Le CERN avait déjà annoncé en juillet avoir découvert une particule dont les caractéristiques sont compatibles avec celles du boson de Higgs, considéré par les physiciens comme la clef de voûte de la structure fondamentale de la matière. Il s’agit en fait du chaînon manquant. C’était la seule particule du Modèle Standard qui n’avait pas encore été détectée. L’existence de cette particule, dont le champ aurait permis aux autres particules d’acquérir une masse juste après le Big Bang, est supposée depuis près de 50 ans. Sans le boson de Higgs, les particules qui constituent l’univers seraient restées éparses, comme dans une soupe, et n’auraient pas pu s’agréger pour donner naissance aux étoiles, aux planètes et même à la vie.

Même s’il y’a de fortes chances pour qu’il s’agisse bien du boson de Higgs, les scientifiques ne peuvent pas encore affirmer complètement que ce qu’ils ont découvert est bien le boson tel que décrit par le Modèle standard, ou bien une variante, ou encore une particule subatomique complètement nouvelle, qui pourrait obliger à repenser totalement la structure fondamentale de la matière.


Nos défauts sont-ils notre force ? 2

Estime de soi = le jour où on découvre que ce qu’on croyait être nos défauts sont peut être notre plus grande force.

Dans une société qui érige la raison, l’argent et le pouvoir au rang les plus hauts, j’ai compris très tôt que la sensibilité serait de la sensiblerie, l’optimisme et l’altruisme de la naïveté « bisounours », l’art et la spiritualité des caractéristiques marginalisées. Alors j’ai appris à raisonner, à calculer et à me comparer, j’ai appris à m’éloigner de qui je suis pour correspondre à qui j’aurais dû, et j’ai appris la violence (psychologique) : l’agressivité, la manipulation et la fuite, pour résister à cette souffrance dissociative. Pour autant, cette violence n’était pas non plus acceptée, et petit à petit il n’est donc plus rien resté de moi…

Jusqu’à ce que j’apprenne, que mes défauts sont ma plus grande force. Mes résistances et mon ego (agressivité, manipulation, fuite, justification) m’ont permis petit à petit de ré-accéder à moi-même, et j’ai compris que « mes défauts » intrinsèques n’étaient qu’une expression de mes qualités mal exploitées.

Quand on comprend qui on est, on peut reprendre sa juste place.

Alors plutôt que de tenter de raccourcir la liste de vos défauts, considérez qu’ils font partie de votre charme et rappelez-vous la pub Meetic « si vous n’aimez pas vos imperfections, quelqu’un les aimera pour vous ». S’améliorer ne consiste pas à travailler sur ses défauts, qui ne sont toujours qu’une expression de nous-même qu’on juge au regard d’un contexte, mais plutôt sur ses intentions : faire en sorte qu’elles soient positives, bienveillantes et en cohérence avec son Soi profond.


Peut-on envisager le futur ? 1

Voici une petite réflexion sur le futur, que je me suis faite après avoir visionné cette vidéo TEDxJ’avais envie de vous partager ma pensée…
 
Selon « l’illusion de la fin de l’histoire« , on est capable de réaliser combien on a changé en regardant le passé, mais on sous-estime notre capacité à changer à l’avenir. Aujourd’hui on s’inquiète de notre futur avec les données de notre présent : problème de l’économie, de l’écologie, du chômage, des dettes du système social (santé, retraite, éducation), de l’intégrisme et du terrorisme… Mais au regard de notre passé, et de l’évolution exponentielle des sciences et technologies du XXe siècle, peut-on seulement envisager notre futur ? Retour sur plus d’un siècle de progrès et de changements.

(suite…)


MakeMeStats et la veille Facebook

MakeMeStats

MakeMeStats

Parmi les milliers de données récupérées des plateformes sociales, moins de 10% ont une réelle valeur ajoutée. La veille sur les réseaux sociaux demeurent un vrai casse-tête. Aussi, quand on m’a contacté pour que je relaie le lancement de MakeMeStats, une nouvelle application qui s’est donnée pour objectif de simplifier l’analyse de ces données afin d’engager plus efficacement ses communautés, j’ai tout de suite voulu vous en faire part. Voici toutes les informations. (suite…)