Comment utiliser vos rêves ?

Comment utiliser vos rêves ? Si vous essayez de rêver volontairement d’un problème particulier, vous augmentez vos chances d’en trouver une solution. La psychologie vous explique comment faire.

rêve

  1. Ecrivez votre problème en une phrase et placez la note à coté de votre lit. Ajoutez un crayon et une lampe de poche.
  2. Pensez au problème pendant quelques minute avant de vous coucher.
  3. Une fois allongé(e), visualisez le problème, si possible sous forme d’une image mentale.
  4. En vous endormant, dites vous que vous souhaitez rêver du problème.
  5. Au réveil, rester calmement allongé(e) avant de vous lever. Ecrivez ensuite sur la note si vous vous souvenez d’un élément de rêve et décrivez-le.

    Pour mieux utiliser vos rêves, ajoutez les étapes suivantes :

  6. Au moment où vous vous couchez, imaginez-vous entrain de rêver du problème, de vous réveiller et d’écrire une solution sur le papier à votre chevet.
  7. Placez des objets liés à votre problème sur votre table de nuit ou sur le mur en face de votre lit.

[Source : L’essentiel cerveau et psycho,Mai-Juillet 2015]


Blog les nouveaux adacieux


https://lesnouveauxaudacieux.com/

Parce qu’il est parfois difficile de sortir du moule dans lequel on a nos habitudes ; parce que la société qui nous entoure nous convie expressément à privilégier la sécurité sur le risque que peut représenter la recherche de l’épanouissement ; voici un blog qui propose les portraits « des nouveaux audacieux », des personnes qui ont choisi de changer de vie, de se reconvertir, malgré les risques et l’incertitude. A lire pour s’ouvrir l’esprit ou se donner du courage !


Le Manager du bonheur

Il a été calculé que des salariés heureux sont 12% plus productifs et 10 fois moins malades que les autres. 

Or la réalité est que 70% des salariés estiment ne pas être reconnus à leur juste valeur, et  que 33% déclarent travailler dans un mauvais environnement de travail. Pas étonnant que 57% des salariés estiment que les actions mises en oeuvre en faveur du bien-être sont insuffisantes !

[Source : http://www.talents-carriere.fr/bonheur-au-travail-5-statistiques/]

image_bat image_management


[Pub] Loi de Murphy. L’énergie du chat-tartine beurrée

D’après la « Loi de Murphy de la tartine beurrée », la tartine tombe toujours du côté beurré ; on sait également qu’« un chat tombe toujours sur ses pattes ». A partir de ces deux hypothèses originales et bien connues, Flying Horse, une marque d’energy drinks, a réalisé cette publicité décalée très amusante.

loi de Murphy


[Extrait] Liberté & Cie, B. Carney et I. Getz
Le paradoxe de la rivière

Dans Liberté & Cie, l’enquête de Brian Carney et d’Isaac Getz montre qu’il existe une autre manière de manager et nous invite dans des entreprises où la liberté est devenue le principe de management. À travers leurs histoires, ils nous révèlent une autre manière d’être, enfin, libres, heureux et efficaces au travail.

Le paradoxe d’Héraclite était que, même si la rivière ne sort jamais de son lit, elle coule et change donc constamment, et que ce qui est vrai d’elle à un moment peut être faux à un autre.

Imaginez que vous vouliez pêcher dans cette rivière selon les règles d’une organisation d’entreprise « comment » : debout sur la berge, un salarié repère un poisson au milieu du courant. Avec un peu de chance, il demandera à son supérieur : “Je peux jeter l’appât ?” Nous disons “avec un peu de chance”, parce que ce salarié n’est peut être pas chargé de chercher des poissons. Peut être est-il occupé à couper du bois le long de la rivière ou à tondre la pelouse sur la rive. Admettons que nous ayons de la chance. Il pose la question à son supérieur, qui pose la question à son supérieur, et ainsi de suite jusqu’à ce que la demande soit transmise au comité de direction de la pêche. Même si cette voie hiérarchique est relativement courte et la réponse donnée de façon efficace, il est à parier que le poisson aura poursuivi sa route au moment où le message arrivera au bord de l’eau.

A moins qu’un autre, qui était libre de pêcher et n’avait pas à demander l’autorisation de jeter sa ligne ne l’ait attrapé entre-temps.

Le patron, l’homme qui occupe l’autre extrémité de cette voie hiérarchique et ne voit la rivière que de très loin, depuis la fenêtre de son grand bureau, n’a aucun moyen de savoir combien de poissons passent tous les jours devant son entreprise. Aucun système de contrôle ne lui garantit qu’il pourra réagir à ces occasions, ni même en être informé à temps.

La rivière coule inlassablement et personne ne la connaît intégralement à un moment donné. Libérez vos salariés, vous serez surpris de voir ce qu’ils y pêcheront.

(suite…)